Pre-loader
Blog

Les points positifs des réseaux sociaux

03/11/2020
Les points positifs des réseaux sociaux

Quoi de mieux que les vagues de solidarité que nous avons pu apercevoir pour le mois d'#OctobreRose ou que l'on commence à voir pour le #Movember pour témoigner des bénéfices qu'apportent les réseaux sociaux à la société.

#OctobreRose

En effet, le mois d’octobre est mondialement connu comme le mois rose ou le mois de sensibilisation au cancer du sein. Et bien cette année, c’est 296 messages de marque qui ont été postés avec le hashtag #OctobreRose dont plus de 150 et 140 sur Facebook et Instagram.

Les marques, les influenceurs et les personnalités connues incitent les femmes à pratiquer l’autopalpation et à consulter régulièrement leurs médecins afin de déceler toute trace éventuelle de cancer du sein.

En quelques mots brefs, l’opération Octobre Rose qui a lieu chaque année depuis 26 années, a pour but de sensibiliser et de mobiliser le grand publique contre le cancer du sein qui est le cancer féminin le plus diagnostiqué au monde.

Chaque année, le mois d’octobre représente un réel élan de solidarité de la part des personnes influentes dans le monde du digital ainsi que les marques. Les réseaux sociaux permettent à ces dernières de communiquer à ce sujet et de toucher leurs communautés afin d’influencer le grand public à prendre soin de lui.
Au delà de cette dimension nationale ou internationale, les réseaux sociaux aident également les comptes moins suivis et moins connus à prouver qu’ils apportent une pierre à l’édifice. Nous pensons notamment aux petites entreprises, clubs de sport etc.
Chacun peut participer à sa propre échelle.

#Movember

Le Movember est également un événement annuel organisé par la fondation Movember qui vise à sensibiliser le grand publics à la santé des hommes cette fois-ci. Le cancer de la prostate, le cancer des testicules, la santé mentale et la prévention du suicide chez les hommes sont les causes que défend le mouvement.
L’association Movember existe depuis 2013 et grâce au soutien du public elle a pu financer plus de 1250 projets liés à la santé des hommes dans le monde.

D’ici 20330 nous réduirons de 25% le nombre d’hommes qui décèdent prématurément
C’est en 2003 que deux amis australiens T. Garone et L. Slattery qui ont l’idée de lancer ce mouvement en trouvant 30 hommes qui seront prêt à se laisser pousser uniquement la moustache pour défendre cette noble cause.
Au fil des années, les Mo Bros et Mo Sistas se sont décuplés et les fonds collectés permettent de financer de plus en plus de projets sur la santé masculine.

En 2017 c’est quasiment 6 millions d’hommes et de femmes qui ont promu le Movember à travers leurs communautés et qui ont rejoint le mouvement.
Depuis 2017 l’Australie s’accompagne de l’Autriche, la Belgique, le Canada, la République Tchècque, le Danemark, la France, Hong Kong, l’Allemagne, l'Irlande, les Pays Bas, la Nouvelle Zélande, la Norvège, Singapore, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Suède, la Suisse, le Royaume Uni et les Etats Unis d’Amérique pour sensibiliser le monde entier à cette cause.

Depuis sa création, la fondation Movember a récolté 174 millions de dollars à travers le monde, et c’est en partie grâce aux réseaux sociaux qui permettent de relayer les informations et créer des mouvements solidaires.

Le succès de Movember peut en grande partie être attribué à la force de la communauté mondiale. Quelle que soit la ville dans laquelle nous vivons, nous faisons partie de quelque chose de plus grand, unis par un engagement à aider à changer le visage de la santé des hommes.

#Confinement

La crise du Covid-19 a remis en question un bon nombre de domaines dont celui du tourisme mais l’utilisation des réseaux sociaux à pris une ampleur considérable.
Bien que très utilisés en temps normal, 63% des personnes sondées ont répondu avoir plus utilisé les réseaux sociaux pendant le premier confinement. Les réseaux qui ressortent le plus sont WhatsApp à 38%, Instagram à 29% et Facebook à 25%. Sans parler de l’expansion de l’application TikTok qui d’après les sondages à été découverte par 66% du panel de 122 personnes pendant le confinement.

Les influenceurs et les marques ont été plus présents que jamais et ont dû redoubler de créativité pour proposer plus de contenu à leurs communautés. Le confinement a vu son lot de Lives augmenter notamment sur instagram avec les cours de sport, de yoga, de cuisine etc. Sans parler des applications vidéos qui ont connu un vif succès pour les fameux apéros/visios sur Skype, Zoom, WhatsApp ou encore Facetime.

Pendant le confinement, les réseaux sociaux ont également permis aux internautes de rester proches de leurs familles et amis en postant des photos, s’envoyant des messages, créant des groupes d’amis et des événements virtuels.

Pour conclure

Vous l’aurez compris, les réseaux sociaux permettent de grands élans de solidarité pour les causes nationales telles que le Movember ou Octobre Rose, locales notamment pendant la tempête Alex qui a frappé notre région, et de nombreuses autres causes écologiques ou sociales (avis de recherches, campagnes de dons, soutien de causes humanitaires …).
Ils aident à lutter contre l’isolement des aînés qui pour beaucoup d’entre eux souffrent d’une rupture des liens sociaux.
Ils permettent également à faire du réseautage d’affaires et trouver un emploi ou recruter et d’avoir un accès accru à l’information.

En revanche, comme toute les bonnes choses, il peut s’avérer très dangereux d’en abuser et d’utiliser ces outils digitaux pour de mauvaises cause.
Vous devez faire attention à ce que vous publiez sur vos réseaux sociaux car il se peut que cela porte préjudice à votre réputation professionnelle par exemple ou cela risquerait d’engendrer du harcèlement (qui est un des plus gros fléau d’internet).
Les écrans à utilisation exessive et tardive peuvent également avoir des effets néfastes sur le sommeil.

Une étude parue dans le Journal of Child Neurology a également montré que les adolescents qui continuaient à envoyer des textos la nuit après avoir éteint les lumières de leur chambre enregistraient un sommeil de moins bonne qualité et de moins bonnes notes que ceux qui envoyaient des messages la lumière allumée. Leurs résultats ont montré qu’une fois les lumières éteintes, la lumière bleue émise par les téléphones intelligents et les tablettes s’intensifiaient, retardant les sécrétions de mélatonine, l’hormone du sommeil. Cette lumière dérègle ainsi les cycles de sommeil et la qualité de ce dernier. On notera que la lumière bleue émise par les écrans peut affecter la production de mélatonine même lorsque les paupières sont fermées.